Abbé Augustin Diamacoune Senghor, la figure historique du MFDC

Mis à jour : 11 juil. 2020


Figure historique de l'irrédentisme casamançais, l'Abbé Augustin Diamacoune Senghor est né le 4 avril 1928 à Senghalène, au sud-ouest de la région de Ziguinchor. Il est entré au séminaire à 11 ans et ordonné prêtre en 1956. Abbé Diamacoune fut très marqué par la condamnation de son père à deux ans de travaux forcés pendant la période coloniale.

Augustin Diamacoune Senghor a dirigé le Mouvement des Forces démocratiques de Casamance (MFDC) de décembre 1982, date de l'éclatement de la l'insurrection de ce mouvement pour l'indépendance de la Casamance, jusqu’à sa mort en 2007. Avant de verser dans la lutte qui plus tard fera de lui le leader historique des séparatistes, il était instituteur au collège Saint-Charles Lwanga et directeur du séminaire moyen Notre-Dame de Ziguinchor de 1972 à 1975. Ce prêtre a été emprisonné à deux reprises entre 1982 et 1987 et entre 1990 et 1991 pour ses activités politiques.


En 1980, il écrit à Léopold Sédar Senghor président du Sénégal à l'époque pour réclamer l'indépendance de la Casamance. La tendance de ce dernier à nommer dans cette province des fonctionnaires du nord du pays, est vue comme une sorte de seconde colonisation. Les porteurs de l'idéologie séparatistes estiment que leur région, ancienne colonie portugaise rattachée en 1888 à la colonie française du Sénégal, est négligée par le pouvoir central. Sa détermination dans la lutte pour l'indépendance de la Casamance conduira à son arrestation le 23 décembre 1982, il est accusé de collecter des fonds pour le Mouvement des Forces Démocratiques de Casamance et condamné à cinq ans de prison pour sédition. La détermination d'Abbé Augustin Senghor dans la lutte pour l'indépendance de la Casamance conduira à son arrestation le 23 décembre 1982, il est accusé de collecter des fonds pour le Mouvement des Forces Démocratiques de Casamance et condamné à cinq ans de prison pour sédition. Trois jours plus tard, on note une mobilisation d'un millier de personnes dans les rues de Ziguinchor substituant le drapeau sénégalais par un drapeau blanc symbole de l'indépendance. Il sera nommé en 1991 secrétaire général du MFDC avant d'être contesté en 2001. L'Abbé Diamacoune Senghor fut le responsable Mouvement des forces démocratiques de Casamance qui a signé tous les accords de paix avec le pouvoir central de Dakar dont l’accord du 3O décembre 2004 avec le président Abdoulaye Wade, par l'intermédiaire de son Ministre de l'Intérieur, Ousmane Ngom. Le prêtre est mort à l'hôpital du Val-de-Grâce à Paris le dimanche 14 janvier à l'âge de 78 ans.



Father Augustin Diamacoune Senghor, the historical figure of the MFDC


The historical figure of Casamançais irredentism, Father Augustin Diamacoune Senghor was born on 4 April 1928 in Senghalène, southwest of the Ziguinchor region. He entered the seminary at the age of 11 and was ordained a priest in 1956. Father Diamacoune was very marked by his father’s sentence to two years of forced labour during the colonial period. Augustin Diamacoune Senghor led the Movement of Democratic Forces of Casamance (MFDC) in December 1982, when the Casamance Independence Movement broke up until his death in 2007. Before engaging in the struggle which later made him the historical leader of the separatists, he was a teacher at the Collège Saint-Charles Lwanga and director of the Séminaire Moyen Notre-Dame de Ziguinchor from 1972 to 1975. This priest was imprisoned twice between1982 and 1987 and between 1990 and1991 for his political activities.



In 1980, he wrote to Léopold Sédar Senghor, then president of Senegal, demanding the independence of Casamance. The latter’s tendency to appoint officials from the north of the country in that province was seen as a sort of second colonization. The supporters of the separatist ideology believe that their region, a former Portuguese colony attached to the French colony of Senegal in 1888, is neglected by the central government. Father Augustin Senghor’s determination in the struggle for the independence of Casamance will lead to his arrest on 23 December 1982, he is accused of collecting funds for the Movement of Democratic Forces of Casamance and sentenced to five years in prison for sedition. His determination in the struggle for the independence of Casamance will lead to his arrest on 23 December 1982, he is accused of collecting funds for the Movement of Democratic Forces of Casamance and sentenced to five years in prison for sedition. Three days later, there was a mobilization of a thousand people in the streets of Ziguinchor, replacing the Senegalese flag with a white flag that symbolizes independence. He was appointed Secretary General of the MFDC in 1991 before being challenged in 2001. Father Diamacoune Senghor was the head of the Movement of Democratic Forces of Casamance which signed all the peace agreements with the central power of Dakar including the agreement of 3O December 2004 with President Abdoulaye Wade, through his Minister of the Interior, Ousmane Ngom. The priest died at the Val-de-Grâce hospital in Paris on Sunday, January 14, at the age of 78.

4 vues

Posts récents

Voir tout

Salif Sadio, chef du Front Nord du MFDC

Considéré comme l’éternel rebelle, Salif Sadio est l’un des chefs du MFDC les plus radicaux. Leader du Front Sud oriental au début il finira dans le nord. Le chef de la faction sud s’était établi dans

Sidy Badji, fondateur de Atika, la branche armée du MFDC

Sidy Badji, fondateur d’Atika, l’aile armée de la rébellion du Mouvement des Forces démocratiques de Casamance (MFDC), est né en 1915 à Diatock, dans l'arrondissement de Tendouck. Affectueusement appe

Ousmane Niantang Diatta, ex-chef militaire du MFDC

Ousmane Niantang Diatta est originaire du village de Tendouck dans le département de Bignona et l’un des premiers combattants du MFDC qui ont embrassé le maquis en1983 pour mener le combat pour l’indé